Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers Magique d'Evy

Je vous invite dans l'univers magique J'espère que vous apprécierez ce voyage Au cœur de mon royaume féerique .. A tous les reflets bleus d'une baguette magique... qui transforme en artiste ,le triste pour le beau.. Ce jardin d'am(i)es peut sembler virtuel...

Les Korrigans

Le korrigan est issu du folklore breton, une sorte de gnome ou lutin farfelu. Le mot korrigan signifie "petit nain", du breton korr = nain, suivi du diminutif ig  et du an , avec le pluriel breton ed = Korriganed. On les appelle aussi Poulpikets, Kornandons ou Ozégans. 
 

Les Korrigans sont les gardiens des trésors des collines.
Ils sont extrêmement riches, mais aussi incroyablement avares.
La légende leur donne des capacités d'alchimistes, ce qui expliquerait leur richesse. 

Ces lutins sont des esprits prenant l'apparence de nains dans la légende celtique et plus particulèrement bretonne.
Parfois bienveillants ou malveillants, on les décrit ayant une magnifique chevelure et des yeux rouges lumineux pour ensorceler les mortels, ou comme petits, noirs et velus, coiffés de chapeaux plats avec des rubans de velours, voire même possédant une grosse tête fort laide et très ridée.
Ils hantent surtout les sources et les fontaines. 

Peu actifs en hiver, une légende bretonne raconte qu'à l'arrivée des beaux jours, ils appellent les mortels à la tombée de la nuit pour les faire venir autour d'un feu où dansent des korrigans.
Ce rituel leur permet d'augmenter la puissance de certains de leurs pouvoirs. Si le mortel invité se joint à leur danse, il se fait entrainer dans un piège où il finit tué ou envoyé dans une caverne souterraine.
Car les Korrigans naissent et meurent sous terre.

Au Moyen Âge, les Korrigans seraient les auteurs des ronds de sorcières que l'on trouvait parfois sur les prés ou dans les sous-bois ; ils danseraient autour de ce cercle à la tombée du jour.
Ils symbolisent aussi la résistance de la Bretagne à la christianisation et on leur prête alors des facéties nocturnes à proximité des églises, prenant surtout les prêtres comme cibles.
D'autres légendes racontent qu'ils ne sont pas méchants mais seulement espiègles.
Ils s'amusent et jouent des tours pendables à tous ceux qui leur manquent de respect et qui les dérangent. Ils proposent des défis qui, s'ils sont réussis, donnent le droit à un voeu mais qui peuvent, en cas d'échec, se transformer en pièges mortels menant tout droit en enfer ou dans une prison sous terre sans espoir de délivrance. 
Quant à ceux qui les traitent comme il convient, ils leur témoignent leur bienveillance et leur rendent beaucoup de services. Ils sont dotés d'une force extraordinaire. 

On prétend que durant la nuit du 31 octobre, ils sévissent à proximité des dolmens, prêts à entraîner leurs victimes dans leur monde souterrain pour venger les morts des sévices des vivants. Cette tradition les rattache à celle d'Halloween, à l'origine fête de Samain ; ce nouvel an celtique est devenu au fil des siècles et des religions la fête que nous connaissons aujourd'hui. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Merci pour le partage Evy <br /> J'aime beaucoup ces histoires .<br /> Bonne soirée <br /> Bisous <br /> Ely
Répondre
E
bonne soirée
P
ds les monts d'Arée<br /> ils sévissent tj
Répondre
E
bonne soirée bisous